Comment éviter ces 10 erreurs fréquentes dans la gestion d’un commerce électronique ?

Gérer un commerce électronique est l’une des expériences les plus formatrices pour un entrepreneur. Il vous permet d’apprendre des aspects pratiques difficiles à déduire d’un master en gestion d’entreprise ou d’un cours de commerce.

Les leçons que vous tirez de la gestion d’une boutique en ligne proviennent souvent d’erreurs commises. Et chaque erreur entraîne une amélioration, à condition de réfléchir à ce qui aurait pu être fait différemment. Dix erreurs sont fréquemment commises par ceux qui commencent à gérer un commerce électronique. Évitez ces « faux pas » et vous réussirez plus rapidement.

Erreur n° 1 : sous-estimation des mathématiques

Si vous demandez à un entrepreneur expérimenté ce qu’il faut savoir de plus important pour gérer une entreprise, il vous répondra : les mathématiques. Lorsque vous commencez à gérer un commerce électronique, vous considérez souvent votre entreprise comme un simple passe-temps. Vous avez tendance à ne pas accorder l’attention nécessaire aux mathématiques.

Par exemple, un secteur où la demande est élevée n’offre pas nécessairement de grandes perspectives du point de vue du profit. En fait, si le prix de vente du produit est bas, vous pouvez vous retrouver à devoir vendre beaucoup plus que prévu pour réaliser un bon bénéfice.

La formule pour calculer le bénéfice

Les mathématiques commerciales fonctionnent très simplement. Pour calculer la rentabilité de votre entreprise, utilisez cette formule : Profit = Question * (Chiffre d’affaires – Dépenses).

Supposons que 20 000 utilisateurs recherchent votre produit. Si vous pouvez atteindre ne serait-ce que la moitié de ces utilisateurs, vous avez 10 000 acheteurs potentiels. Avec un taux de conversion de 1 à 2 %, vous auriez 100 à 200 ventes. Si la valeur moyenne des commandes était de 100 euros et que vous aviez une marge bénéficiaire nette de 30 %, votre bénéfice serait de 3 000 à 6 000 euros.

Naturellement, ce ne sont que des estimations approximatives. Toutefois, quel que soit le secteur que vous avez choisi, si vous comprenez bien ce mécanisme, vous saurez à quoi vous attendre.

Dans la gestion d’un commerce électronique, l’omission de calculs peut être coûteuse. Même lorsque la valeur moyenne de la commande est très élevée, n’oubliez jamais de tenir compte des coûts, sinon vos marges de profit risquent de ne pas être aussi élevées que prévu.

Erreur n° 2 : Ne pas prévoir comment trouver une place sur le marché

Ceux qui commencent à gérer un commerce électronique ont tendance à pencher vers le modèle du dropshipping. Cela signifie être en concurrence avec des centaines de commerçants qui proposent les mêmes produits au public. Le risque est que vous ne puissiez pas vous différencier des autres. Votre magasin peut rester « un parmi d’autres » et n’apporter aucune valeur ajoutée. Sans parler de la concurrence inévitable de géants tels qu’Amazon.

Vérifiez la concurrence

Si vous commencez à gérer un commerce électronique, prévoyez comment trouver une place sur le marché. Ne vous lancez pas tête baissée dans une entreprise en pensant que vous avez trouvé un bon secteur, sans chercher des renseignements sur les concurrents ou la situation du marché.

Pour le secteur que vous avez en tête, il se peut qu’il y ait déjà une entreprise imbattable sur le marché, avec tous les produits que vous voulez offrir. En outre, votre concurrent a peut-être déjà des centaines de critiques, des milliers de « social like », un blog populaire et une grande couverture médiatique. S’il n’y a pas de place pour vous sur le marché, vous risquez de ne pas tenir le coup et de vous retrouver face à une véritable catastrophe.

Retour au contenu informatif

Il est possible de se créer une place sur le marché. Même si le produit est déjà proposé par d’autres, il manque souvent de contenu informatif. En profitant de cette opportunité et en faisant les recherches nécessaires, vous pourrez peut-être gérer avec succès un commerce électronique en en faisant une ressource de documentation importante pour le public.

Naturellement, ces indications seront également disponibles ailleurs, mais vous pourriez la présenter de manière claire et utile pour les visiteurs. Dans ce type d’opération, il est essentiel de suivre les meilleures pratiques en matière de référencement, qui permet de générer du trafic même dans des secteurs très concurrentiels.

Se concentrer sur le contenu informatif est la solution la plus simple pour s’imposer sur le marché. Aucun investissement exorbitant n’est nécessaire. En optant pour cette solution, la valeur de votre entreprise ne sera plus seulement représentée par les produits et les clients, mais aussi par le contenu.

Erreur n° 3 : être dispersif dans le choix des produits

Souvent, dans une tentative d’augmenter les revenus d’un magasin de commerce électronique, vous augmentez les produits en vente. Vous pourrez alors être dispersif, en créant un assortiment de produits inégaux. Pire encore, vous risquez de vendre des articles qui ne conviennent pas à votre marque.

Il deviendra difficile de cibler un groupe spécifique ou d’augmenter la visibilité parmi les résultats de recherche organique. Les ventes provenant du trafic payant ne seront peut-être pas directement affectées, mais vos profits pourront nettement diminuer.

C’est une faute plus liée à la marque qu’à l’investissement lui-même. Pourtant, les choix concernant la création d’une marque sont aussi importants que ceux concernant l’investissement. Au bout du compte, c’est la force de la marque qui détermine la valeur d’une entreprise.

Erreur n° 4 : Ne pas avoir de stratégie de contenu

La mise à la poubelle presque complète du marketing de contenu est une autre imprudence que beaucoup de gens commettent lorsqu’ils font du commerce électronique. Cela rend difficile l’augmentation du trafic à partir des résultats de recherche et des médias sociaux.

Le problème est que, surtout en ce qui concerne certains types de produits, il est difficile d’imaginer la rédaction d’un contenu qui pourrait susciter l’intérêt du public. Par exemple, si vous vendez des sacs verts, le sujet pourrait sembler insignifiant.

Faire du marketing de contenu autour des clients

La clé est de faire du marketing de contenu autour des clients et non autour du produit.

En ce qui concerne les sacs verts, quel genre de personne serait potentiellement intéressé par cet article ? Une personne consciente de l’environnement, n’est-ce pas ? Il est également probable que cette personne mange sainement, s’entraîne et pratique le yoga, en pensant à son bien-être naturel. Il s’agit là d’aperçus initiaux, mais un peu de recherche les confirmera.

Si vous construisez votre stratégie de marketing de contenu autour d’un client idéal plutôt que d’un produit, vous aurez beaucoup plus de sujets à traiter. Ainsi, vous aurez plus de moyens de vous connecter avec le public.

Même si vous étiez dans un domaine technique et que vous pouviez écrire 50 à 100 articles juste sur les nuances de votre produit, ce serait une fin en soi. Au contraire, pour que vos efforts soient productifs, vous devez créer avec vos clients une entente qui dépasse la portée du produit.

Erreur n° 5 : Ne pensez pas trop aux cadeaux

Certaines entreprises qui offrent des produits gratuits ont beaucoup de succès. Lorsque vous gérez un e-commerce, vous envisagerez probablement aussi une telle opportunité. Les cadeaux, concours et offres peuvent être un moyen efficace de commercialiser des produits, mais ils ne conviennent pas à toutes les industries. Les échantillons gratuits fonctionnent généralement dans le cas de produits périssables ou consommables : soins de la peau, aliments, compléments, etc. Au contraire, il est difficile pour ce mécanisme de fonctionner pour tous les autres produits, même s’il s’agit de quelque chose que les gens pourraient revenir acheter, comme un morceau de vêtement.

En fait, les échantillons gratuits ne sont pas des gadgets pour promouvoir les ventes, mais pour aider à construire la marque. Et pour construire une identité, il faut un plan précis.

Erreur n° 6 : organiser un concours sans plan précis

Dans la gestion d’un commerce électronique, il est normal de chercher de nouvelles façons d’exploiter son entreprise. L’une de ces méthodes consiste à organiser des concours, peut-être avec l’aide d’un blogueur, pour obtenir des liens et du partage social. Vous aurez ainsi de nouveaux suiveurs et des abonnés à la newsletter.

Si vous pouvez doubler ou tripler vos suiveurs en échange d’un prix tel qu’un chèque-cadeau, le concours peut sembler être un véritable succès. Mais attention : il peut ne s’agir que d’un succès temporaire ou apparent. Ce sera le cas si vous n’aviez pas prévu de créer du contenu pour continuer à cultiver la relation avec votre public. Après l’attention momentanée que le concours a attirée et après les efforts sur Facebook et Twitter, le public pourrait vous oublier.

Avec les médias sociaux, il faut impliquer vos adeptes dès le début. Cherchez du contenu à partager chaque jour. Publiez régulièrement vos propres idées. Engagez des conversations et rendez-vous utiles.

Ne vous contentez pas de concevoir le concours, mais assurez-vous d’avoir un plan clair pour l’appliquer plus tard. Le plan peut finir par être beaucoup plus important que le concours lui-même.

Erreur n° 7 : perdre trop de temps sur des activités ordinaires

En économie, il existe un concept appelé « coût d’opportunité ». Essentiellement, lorsque vous choisissez de saisir une occasion, vous n’avez plus le temps de profiter des autres. Par conséquent, le coût d’une opportunité est en fait l’incapacité à tirer parti de toutes les autres chances que vous avez.

Si vous avez fait du e-commerce, vous vous êtes probablement occupé de tout vous-même. Vous avez mis en place le site web et réfléchi aux différents ajustements. Vous avez personnellement téléchargé les produits et rédigé leurs descriptions. Enfin, vous vous êtes occupé du marketing. En bref, chaque aspect est votre travail.

Tout faire soi-même est formidable, mais cela prend aussi beaucoup de temps. Vous pourriez passer ce temps ailleurs, par exemple avec votre famille, ou réfléchir à de nouvelles idées commerciales. Utilisez-le pour créer des relations commerciales utiles pour l’avenir.

Activités ordinaires nécessaires et inutiles

En ce qui concerne les activités ordinaires nécessaires, vous devriez essayer de les automatiser autant que possible. Cela a un coût, mais il vaut généralement la peine de le supporter. En outre, il n’est pas difficile de trouver des personnes disposées à effectuer volontairement des tâches de routine, telles que le téléchargement de l’inventaire ou la saisie de données, pour une somme raisonnable.

Pour les tâches de routine inutiles, vous devriez essayer de les éliminer toutes. Ce sont des travaux superflus, comme faire une pause trop longue pour affiner le logo du site, tripoter les pixels des images, mettre en doute inutilement la couleur d’un bouton ou un autre aspect marginal, que vous ne remarquez probablement qu’à peine.

Certains de ces aspects peuvent également avoir un effet positif sur les conversions. Mais vous devrez attendre d’avoir suffisamment de visiteurs et de ventes pour effectuer des tests A/B. Vous devriez donc éviter de vous attarder sur ces détails au début de votre activité.

De plus, après avoir travaillé sur ces points, vous penserez que vous avez travaillé dur. En réalité, vous auriez pu mieux utiliser votre temps.

Error No. 8 : Ne pas connaître son client idéal

Laisser tomber la définition du client idéal est une erreur très fréquente pour ceux qui commencent à gérer un commerce électronique.

Idéalement, se préparer à gérer ce secteur nécessite une recherche en deux étapes : trouver un produit à vendre et apprendre à connaître sa clientèle. Si vous connaissez déjà vos cibles, il n’est pas difficile de trouver le produit qui leur convient. Inversement, il est très difficile de trouver des consommateurs pour un produit prédéterminé.

Le bon sens suggère d’analyser les chiffres et les données analytiques lorsqu’on cherche une industrie dans laquelle opérer. Définir votre client idéal en créant un acheteur fait partie des étapes cruciales. Bien que la demande soit suffisante pour votre secteur et que vous disposiez d’une bonne sélection de produits, ne pas connaître votre client idéal rendra les choses plus difficiles. Vous pourrez peut-être traverser de très bonnes périodes, mais sans cibler un destinataire précis, vous perdrez probablement beaucoup de ventes.

Si vous creusez suffisamment, vous vous rendrez compte que chaque domaine contient à son tour d’autres petits créneaux. En définissant plus précisément votre objectif, vous comprendrez mieux les besoins de vos consommateurs.

Les conséquences d’une cible indéfinie

Ne pas définir votre cible est une faute grave. Supposons que vous vendiez du matériel électronique à trois groupes d’utilisateurs différents : ceux qui ont des connaissances de base, intermédiaires et expertes. C’est une situation « trop professionnelle pour les débutants et trop semblable aux débutants pour les professionnels ». Avec un groupe cible aussi large, il sera difficile de déterminer un certain type d’acheteur et de trouver les bons influenceurs.

Il serait plutôt plus rentable de se concentrer sur un seul type de groupe visé. Cela vous permettrait d’établir un véritable contact avec vos clients, et il ne serait pas difficile de trouver les bonnes personnes influentes pour promouvoir l’entreprise.

Erreur n° 9 : Ne pas avoir un bon plan de marketing

« Ne pas planifier, c’est comme planifier son propre échec », dit le dicton. Lorsque vous créez un site de commerce électronique en sachant qui sont vos clients et où les trouvez, la mise en place de votre plan marketing est assez simple.

Mais pour ceux qui ne connaissent pas ces choses, créer un plan marketing efficace est impossible. L’erreur que vous risquez de commettre est d’agir sans plan précis, en suivant aujourd’hui une direction et demain une autre. Ce n’est certainement pas la meilleure façon de procéder.

Chaque magasin en ligne devrait disposer d’un plan de marketing complet, couvrant tous les aspects fondamentaux. Après cela, certaines stratégies seront plus efficaces que d’autres. Certaines entreprises auront plus de résultats avec la publicité au clic (PPC). D’autres auront plus de succès avec le référencement ou les médias sociaux. On note que le courrier électronique est également un canal de vente constant.

Quel que soit votre plan, veillez à le mettre en œuvre dès le début de l’activité. De nouvelles opportunités se présenteront en cours de route, mais le fait de disposer de bases solides assurera une croissance continue et évolutive.

Erreur n° 10 : Croyez aux flatteries des entreprises de paiement au clic

Lorsque votre entreprise en est à ses débuts, il est facile de voir dans chaque service et logiciel la réponse miracle à vos problèmes. Les personnes qui se lancent dans les boutiques en ligne passent souvent beaucoup de temps sur différents sites web, à la recherche d’une solution pour acquérir des clients.

Il peut arriver qu’une entreprise attire votre attention. En fait, il peut s’agir de n’importe quelle société, mais c’est celle qui vous convient. Bien sûr, cela nécessite un investissement et si cela ne fonctionne pas, cette dépense pèsera lourdement sur votre budget. Mais l’attrait de leurs vidéos de marketing et les résultats extraordinaires qu’elles montrent pour les autres clients vous attireront.

Lorsque vous parlez à ces boites, elles peuvent vous dire qu’elles vont bouleverser votre commerce en la faisant tourner automatiquement.

Faire confiance à ces compagnies peut être une grosse erreur. Surtout si vous signez un contrat qui vous oblige pendant un certain temps à engager des dépenses, même s’il n’y a pas de ventes. Il faut savoir que même une très bonne entreprise peut ne pas vous apporter de vente. Votre secteur d’activité n’est peut-être pas adapté au type de publicité qu’elle propose.

Les entreprises qui pratiquent le paiement au clic ont deux méthodes de paiement :

  • a) Elles vous facturent une commission et, en dehors de cette commission, elles appliquent un montant fixe à vos annonces.
  • b) Vous pouvez dépenser autant que vous le souhaitez (au-delà d’un minimum fixé) pour les annonces et leur donner un pourcentage des recettes.

Avec le système (a) les petites entreprises investissent du capital pour payer le service, sans obtenir beaucoup en retour. Avec le système (b) vous avez besoin d’un budget important pour démarrer.

 

Intégrer les technologies numériques dans l’expérience de vente au détail
Comment trouver des outils gratuits pour créer du contenu viral ?