Conseils pour choisir un logiciel crm pour startup

choisir un logiciel crm pour startup

L’utilisation d’un logiciel CRM est désormais indispensable pour toutes entreprises. Puisque le bon fonctionnement de la plupart des activités se reposent sur cet outil de gestion, le choix de ce dernier n’est pas à prendre à la légère. En effet, une bonne gestion de la relation client impacte positivement le développement des activités et l’image de l’entreprise. Dans ce cas, comment bien choisir son logiciel CRM pour startup ? 

Tenir compte des besoins et des objectifs de la startup

Le choix d’un logiciel crm doit se faire en fonction des objectifs de la startup et des besoins identifiés. Dans ce cadre, il est nécessaire de définir l’usage de l’outil. Par exemple, est-ce pour une utilisation sur terrain ou toujours en bureau ? Quelles sont les besoins en matière de relation clients ?

Il est nécessaire de formaliser toutes les réponses dans un cahier de charges propre à l’entreprise. Dans tous les cas, il faut savoir repérer les fonctionnalités de base indispensables à l’activité. En effet, il est inutile de choisir un CRM avec plusieurs fonctionnalités, mais il faut opter pour un outil avec les options essentielles pour réussir l’activité.

En fait, il faut toujours commencer par utiliser un outil moins compliqué et moins lourd le temps que les collaborateurs s’adaptent à ce nouvel outil. C’est valable même dans le cas où l’entreprise dispose des moyens pour développer son propre logiciel.

Toutefois, s’il y a une possibilité que l’entreprise fera appel à une Startup CRM, là, le logiciel choisi doit être complet et performant. En effet, les professionnels n’auront plus besoin de temps pour s’adapter. Ils peuvent effectuer directement toutes les actions de pilotage qui leur seront confiées. Le site startupcrm.fr contient plus de détails à ce sujet.

Choisir un logiciel avec une interface ergonomique

Pour assurer que le logiciel de gestion crm est efficace, il faut d’abord sélectionner un outil simple et facile à manipuler. Le but est de vraiment faire en sorte que tous les collaborateurs qui doivent passer par cet outil l’adoptent aisément. Ils ne doivent pas perdre du temps inutile juste pour essayer de comprendre son fonctionnement. En d’autres mots, l’interface de l’outil doit être ergonomique pour que la prise en main soit pratique.

Autrement, il faut donc faire en sorte que la mise en place d’un CRM n’aura pas un effet négatif sur l’organisation interne de l’entreprise. Il est aussi nécessaire d’éviter que les utilisateurs abandonnent l’utilisation en cours de route à cause des différentes options de navigation avant d’arriver à l’essentiel.

Dans ce sens, il est conseillé d’impliquer tout le personnel concerné dans le choix du logiciel de gestion de relation client. Considérer leur besoin pourrait faciliter l’acceptation de ce nouvel outil, ainsi que leur adaptation. Ensuite, il ne faut pas oublier de faire des tests avec eux avant de faire un choix définitif. De toute façon, les opérationnels concernés par le projet doivent être formés convenablement à l’utilisation de cette solution CRM.

Opter pour un logiciel performant dans la synchronisation et adapté aux autres applications utilisées

Avant de miser son choix sur un outil précis, il est nécessaire de s’assurer de sa capacité de synchronisation et sa transmission de données. En fait, il est important que l’outil permette à tous les collaborateurs d’avoir des informations synchronisées et à jour. Cela évitera d’être en face d’un client avec les mauvaises informations.

D’autre part, le choix doit se porter sur un logiciel crm qui s’intègre à l’environnement technologique existant de l’entreprise. Cela concerne tous les outils digitaux indispensables à cette dernière et aussi son système d’information.

Il faut également évaluer le mode de connexion du logiciel avec des outils tiers. De même pour son accessibilité en mode connecté et/ou hors connexion. Dans le cas où l’accès hors connexion est nécessaire, vérifier toutes les possibilités que propose l’outil. Pareillement, il faut étudier sa compatibilité avec les divers appareils qu’utilise l’entreprise (tablette, phablette, Smartphone, etc.).

Évaluer la capacité d’évolution du logiciel et comparer

Au début, le logiciel doit être simple, facile à manier et intuitif. C’est-à-dire qu’il ne doit afficher que les fonctionnalités indispensables. Toutefois, pour assurer l’évolution de l’activité de l’entreprise, notamment sa gestion de relation client, il faut que le logiciel dispose d’une capacité d’évolution. Dans cette optique, il est recommandé de choisir un logiciel crm dont les paramètres peuvent être réajustés ou que d’autres fonctionnalités puissent être ajoutées.

À noter que certains CRM sont plus complètes, donc ajustables selon les besoins en temps réel. Il s’agit ici des solutions pour les grands comptes. Et il y a les outils réservés aux PME et TPE, qui sont moins riches en option, mais sont aussi efficaces.

Il faut donc faire une comparaison, en fonction de tous les points précédents, et aussi selon les coûts. À ce sujet, il est nécessaire de préciser que cela ne concerne pas uniquement le coût d’acquisition. En effet, il faut aussi considérer les coûts annexes. En l’occurrence, il y a les coûts cachés (les services annexes, l’hébergement, les modules supplémentaires, etc.), les frais d’installation et de mise en place de l’outil (formation, paramétrage, accompagnement, personnalisation,…) et les frais de maintenance (support, mise à jour, etc.).

13 outils gratuits pour travailler à distance
5 modèles de présentation que tout professionnel du marketing doit avoir