Développement des ressources humaines dans les PME : la croissance est à la traîne

Les petites et moyennes entreprises sont connues pour être des domaines de travail, les plus populaires. Non seulement, parce que l’atmosphère de travail est familiale, mais surtout, la culture d’entreprise et la fidélité des employés constituent sa principale raison d’existence. Donc, pour n’importe quelle PME, ces conditions sont très importantes. Toutefois, les critiques sont, particulièrement sévères, dans le domaine du développement stratégique de ses ressources humaines. Dans notre enquête internationale “Hiscox DNA of an Entrepreneur 2015”, nous avons interrogé les PME sur leurs expériences en matière de croissance des effectifs.

La gestion des ressources humaines est fortement critiquée

La liste des avantages des PME, en tant que cadre du travail, par rapport aux grandes entreprises, est longue. En plus des horaires de travail flexibles et des offres de temps partiel, dans son système organisationnel, le directeur général est le supérieur direct. Ce qui permet de raccourcir les processus de décision. Malgré cela, dans son domaine du développement stratégique de ses ressources humaines, les critiques sont nombreux et spécialement sévères. D’une part, on leurs reprochent que, dans le gouvernement des petites et moyennes entreprises, seules les fonctions essentielles de la gestion des ressources humaines sont souvent remplies. Et d’autre part, la gestion stratégique des ressources humaines est généralement laissée de côté.

Croissance des effectifs dans les PME,  négative ou nulle

Selon le résultat de l’enquête, au cours des 12 derniers mois, 71 % des petites et moyennes entreprises allemandes ont enregistré une croissance négative ou nulle du nombre de leurs employés. Seules, 16 % de ses entreprises ont enregistré une croissance, des effectifs compris entre 1 et 10 %. Et seulement, 2 % d’eux sont interrogées et ont fait état d’une croissance supérieure à 20 %. En comparaison internationale, les PME allemandes se situent donc dans la fourchette normale. Parce qu’en Espagne, 69 % des PME n’ont pas embauché de nouveaux employés ou ont même réduit leurs effectifs au cours des 12 derniers mois. Pour le cas des Pays-Bas, elles sont 77 % et 79 % en France.

Le développement stratégique des ressources humaines, facile à mettre en œuvre

Apparemment, de nombreuses PME ne sont pas à la hauteur, notamment au cours des processus de changement de la gestion de ses ressources humaines. Outre les problèmes de recherche des travailleurs qualifiés, l’effort organisationnel et de contenu élevé, qu’implique l’introduction d’outils de développement stratégique dans la gestion des talents, est souvent une préoccupation majeure. Cependant, surtout dans une petite et moyenne entreprise, une structure peut être pénétrée de manière beaucoup plus spécifique et efficace, comme les évaluations stratégiques de ses employés, par exemple. de plus, étant donné que les PME ont souvent des hiérarchies plates et des processus décisionnels très courts, les remaniements dans les ressources humaines devraient être plus faciles à mettre en œuvre qu’on ne le pense souvent.

L’insatisfaction des salariés, un autre blocage

Un autre problème de la gestion des ressources humaines dans les PME réside, souvent, dans la crainte que les employés qualifiés changent tôt ou tard d’emploi. Parce que, dans une entreprise concurrente, comme une grande entreprise par exemple, les salaires sont plus attrayants. C’est pourquoi, une telle entreprise a une plus grande visibilité. Pour l’étude Hiscox de cette année, par exemple, 3% des participants internationaux affirment la perte potentielle de leurs employés, au profit de grandes sociétés. Sans doute, cela constitue la plus grande menace pour leur entreprise.

La rémunération n’est pas la première priorité lorsqu’il s’agit de la satisfaction des employés. Consécutivement, les 31 % et 19%, du résultat des enquêtes, ont montré que l’image et la responsabilité sociale de l’entreprise ainsi que la reconnaissance accordée aux employés sont considérées comme plus importantes. Ces aspects, ainsi que les heures de travail (10%), l’équipement (9%) et le bien-être (7%), déterminent si les employés recommanderaient ou non leur propre entreprise à d’autres.

Qu’est-ce qu’un retour d’information négatif ?
Comment concevoir et utiliser un modèle opérationnel ?