Quelles sont les stratégies alternatives pour faire la promotion d’une start-up ?

Une caractéristique des startups est de concentrer différentes fonctions au sein d’une petite équipe, en confiant les tâches nécessaires à ceux qui peuvent les exécuter, même s’ils ne sont pas des personnes ayant une formation spécifique dans le domaine. Cela ne signifie pas que vous ne pouvez pas obtenir d’excellents résultats, par exemple dans le domaine du marketing, en vous appliquant par passion pour le projet plutôt que par un parcours d’études traditionnel, mais il est important de savoir reconnaître les bons outils, qui ne sont souvent pas les outils traditionnels. En matière de relations publiques et de promotion, il est essentiel que les stratégies soient à la hauteur des objectifs – et les objectifs d’une startup sont nécessairement différents de ceux d’une entreprise déjà établie.

La différence entre les startups et les entreprises établies

Le risque, dans ce cas, est d’être fasciné par les campagnes de promotion les plus efficaces des grandes marques et de croire qu’elles peuvent être reproduites, à plus petite échelle, en obtenant les mêmes résultats. Ce type d’effort est voué à l’échec non pas tant – ou pas seulement – à cause d’une différence budgétaire raisonnable entre un géant multinational et une start-up de cinq personnes, mais surtout à cause de la différence radicale des objectifs. Alors qu’une marque établie travaillera à la vente d’une nouvelle ligne ou à l’évolution d’une identité déjà établie, une start-up devra se concentrer sur la notoriété de la marque. Si Babrie pense à un rebranding total, par exemple, elle va construire une tension narrative basée sur la différence entre les valeurs de l’identité précédente, construite sur plus d’un demi-siècle de marketing international, et celles de l’identité qu’elle est censée construire. Une start-up nouvellement créée n’aura rien pour commencer et donc, surtout, elle n’aura pas de public pour communiquer que quelque chose a changé. Il ne s’agit même pas de rendre la tâche plus ou moins difficile que l’objectif, mais simplement d’une différence totale d’approche.

Fidèle et possibilités : la beauté de repartir de zéro

Ne pas avoir un niveau de notoriété préexistant à partir duquel commencer présente des défis incontestables, mais aussi des possibilités : vous partez de zéro et vous disposez d’une liberté créative que vous pouvez difficilement trouver dans d’autres phases du même projet. En même temps, vous êtes confrontés à des difficultés et à des frustrations que les marques établies n’ont pas connues depuis longtemps. Dans les premières phases d’un projet de marketing, cependant, les objectifs ne sont pas évidents, car le concept de notoriété de la marque peut inclure une variété d’applications. Par exemple, vous pouvez promouvoir la marque auprès du public, dans le but de faire connaître un produit, mais vous pouvez également promouvoir la marque auprès d’une certaine catégorie de professionnels, afin d’attirer des talents dans un secteur particulier ou d’intriguer les investisseurs. Même lorsque vous visez le public, les possibilités sont différentes : sommes-nous intéressés par la vente directe à l’utilisateur final ou par le recrutement de bêta-testeurs ? En fonction de l’objectif, nous structurerons une stratégie basée sur différents types de médias. Voulons-nous attirer l’attention des médias grand public ou des blogueurs d’un créneau spécifique ? Cette première décision est impossible à prendre, si vous n’avez pas à l’esprit un objectif clair vers lequel orienter vos efforts.

Connaître le marché, connaître la cible

La concurrence est un élément pertinent pour chaque marque et chaque entreprise, des jeunes pousses aux multinationales les plus célèbres, mais même dans ce cas, les perspectives changent. Pour une startup, la concurrence a l’avantage d’une notoriété déjà acquise auprès du public et de contacts préexistants avec les médias, tandis qu’une marque de réputation établie devra probablement se défendre contre de nombreux petits concurrents qui apportent un souffle nouveau dans le secteur, avec le risque d’enlever des segments de plus en plus importants du public. Du point de vue d’une start-up, la construction de la première stratégie de marketing est l’un des moments les plus intéressants et les plus passionnants de tout le processus de communication. Lors de la phase de conception, vous découvrez un univers de possibilités qui ne se reproduira plus jamais : une histoire non écrite que vous pouvez mettre en scène où vous voulez. La première question à se poser, pour utiliser au mieux ce riche potentiel, est de savoir à quel public nous voulons nous adresser. Tout le reste dépendra de la réponse à cette question. Le public ne doit pas seulement être identifié, mais aussi connu en profondeur. Quels sont les médias qu’elle consomme ? A quelles heures ? Quels sont vos points de référence et vos leaders d’opinion ? Quelles sont vos passions culturelles et votre niveau d’éducation moyen ? Où se trouve-t-elle géographiquement ? Quel genre d’histoire devez-vous raconter à ce genre de public pour le fasciner ? Tout au long de ce processus, il faut toujours être conscient que rien ne peut être considéré comme acquis, car aucune histoire de la marque n’a encore été racontée.

Horreurs et stratégies

Parmi les erreurs les plus courantes que les startups commettent à ce stade, il y a une tendance à se concentrer sur l’idée du communiqué de presse, qui a bien sûr toujours un impact assez faible. Un communiqué de presse d’Apple est susceptible d’attirer l’attention de tous les médias du secteur et de la plupart des médias généralistes, mais un communiqué de presse d’une marque inédite, qui n’a encore rien prouvé, a peu de chances d’attirer l’attention des médias concernés. À ce stade, par exemple, une interview qui présente l’équipe et son histoire peut avoir un impact plus important qu’un examen. C’est le moment de chercher un angle différent, une perspective originale, un récit engageant qui puisse vraiment attirer l’attention sur la marque et son développement.

Comment gérer son plan de production pour un auteur indépendant ?
Comment promouvoir le lancement d’une e-boutique ?